Search
Close this search box.
[rank_math_breadcrumb]

Les entreprises africaines sont capables d’organiser l’Indaba minier et de promouvoir une transition énergétique à l’échelle de l’Afrique

La Chambre africaine de l’énergie rejette avec véhémence la notion et l’état d’esprit selon lesquels les Africains ne sont en quelque sorte pas qualifiés pour diriger et accueillir des événements importants tels que Investing in African Mining Indaba sur leur propre territoire. Il est inacceptable que l’avenir énergétique de l’Afrique soit défini et dirigé par des entités qui visitent le continent de manière sporadique et qui n’ont pas une véritable compréhension de ses complexités.

Nous ne pouvons pas permettre que des décisions cruciales concernant l’avenir énergétique de l’Afrique soient dictées par ceux qui ne donnent pas la priorité à la majorité silencieuse du continent – 600 millions de personnes en Afrique subsaharienne vivant dans l’obscurité et 900 millions n’ayant pas accès à des combustibles de cuisson propres. Les voix de ces personnes doivent guider les décisions africaines en matière d’énergie, et leurs besoins doivent être prioritaires dans l’élaboration du paysage énergétique du continent.

« L’idée que les Africains sont en quelque sorte incapables de gérer leurs propres affaires est fatiguante. Il est temps que nous prenions pleinement en main notre propre destin, tout en collaborant avec des partenaires de même sensibilité ». a déclaré Tom Alweendo, ministre namibien des mines et de l’énergie.

Il est insultant et condescendant de suggérer que les Africains doivent s’en remettre à une petite société britannique, le groupe Hyve, pour organiser des événements tels que Mining Indaba. Cet état d’esprit incarne la même attitude que celle que les États africains producteurs de pétrole et de gaz rencontrent dans leur transition énergétique : ils sont exclus de la table des décisions et leur transition est définie pour eux.

« Ce type de prise de décision, cette suggestion selon laquelle les Africains ne sont pas qualifiés pour diriger l’Indaba minier ou un événement d’investissement minier, et que nous devons supplier une petite société britannique (Hyve Group) pleine de libérateurs de café au lait avec leurs idées fantaisistes sur l’énergie africaine de le faire, illustre le même type d’état d’esprit que les États africains producteurs de pétrole et de gaz rencontrent en matière de transition énergétique. Ils définissent la transition pour vous sans que vous soyez sur la table. Ils définissent et conduisent l’agenda. Vous n’êtes pas sur la table. Vous êtes au menu », a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie.

Cet état d’esprit insultant et condescendant s’étend aux groupes de défense de l’environnement et aux pays occidentaux qui font pression sur les dirigeants africains pour qu’ils prennent des décisions en matière de transition énergétique qui ne sont pas forcément dans l’intérêt de l’Afrique. La Chambre africaine de l’énergie s’oppose fermement à ces influences extérieures et souligne l’importance d’une transition énergétique juste et centrée sur l’Afrique. Laissons l’Afrique faire ses propres choix et définir son propre calendrier.

« C’est le même état d’esprit insultant et condescendant qui a conduit les groupes environnementaux et les pays occidentaux à suggérer qu’ils savent ce qui est le mieux pour l’Afrique alors qu’ils font pression sur nos dirigeants pour qu’ils prennent des décisions en matière de transition énergétique qui ne sont pas dans l’intérêt de l’Afrique. C’est ce même état d’esprit qui, en partie, m’a incité à faire ce travail qui, je pense, est d’une importance cruciale pour une transition énergétique juste et centrée sur l’Afrique »,conclut Ayuk.

En outre, l’absence de cadres noirs à la tête du groupe Hyve est troublante. En 2024, on ne peut pas avoir une organisation qui définit l’histoire des enfants du Sénégal, du Nigéria, du Botswana, du Zimbabwe et de l’Afrique du Sud sans qu’aucun cadre noir ne fasse partie de l’équipe dirigeante. L’absence de Broad-Based Black Economic Empowerment (émancipation économique élargie des Noirs ;BEE) et de conformité au contenu local souligne encore davantage le mépris de la participation économique inclusive et de l’émancipation, ce qui doit être une préoccupation sérieuse.

Les progrès de l’industrie de l’énergie, caractérisés par une représentation et une inclusion véritables, peuvent servir de catalyseur pour la prochaine génération de dirigeants, les jeunes. Il s’agit de faire en sorte que chaque enfant africain, de la Namibie au Congo en passant par le Cameroun, puisse se voir comme un leader dans le secteur de l’énergie, brisant les barrières et façonnant un avenir qui reflète sa diversité et son potentiel. Le temps est venu pour les jeunes d’être la force motrice d’un nouveau récit, où les décisions énergétiques de l’Afrique sont prises avec eux, pour eux et par eux.

La Chambre africaine de l’énergie s’est engagée à souligner l’importance d’envoyer un message positif à chaque enfant africain. De véritables progrès dans le secteur de l’énergie devraient se traduire par des opportunités tangibles pour les jeunes, les guidant vers un avenir où ils contribueront activement au développement énergétique durable de l’Afrique et en bénéficieront.

À la lumière de ces sentiments, la Chambre africaine de l’énergie souligne l’urgence de donner aux Africains les moyens de prendre en charge des événements tels que Investing in African Mining Indaba et d’autres discussions cruciales sur l’avenir énergétique du continent. Il est temps pour l’Afrique d’être à l’avant-garde de son propre récit, en s’assurant que les décisions sont prises dans le meilleur intérêt de son peuple et guidées par les voix qui comptent le plus.

Share This Post

Subscribe To The Newsletter

More Posts

African Energy Chamber Releases Q1 2022 Oil and Gas Outlook

The African Energy Chamber (AEC), is proud to announce the release of the AEC Q1 2022 Outlook, “The State of African Energy” – a comprehensive report analyzing the trends shaping both the global and African oil and gas market in 2022

APPLY FOR THE INTERNSHIP PROGRAM