L’optimisation des coûts sera nécessaire pour les projets gaziers au Sénégal et en Mauritanie

Comme je l'ai déjà mentionné, lorsqu'il s'agit de rivaliser pour devenir l'un des nouveaux fournisseurs de gaz naturel de l'Union européenne, le Sénégal et la Mauritanie ont plusieurs avantages.

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l’énergie

Comme je l’ai déjà mentionné, lorsqu’il s’agit de rivaliser pour devenir l’un des nouveaux fournisseurs de gaz naturel de l’Union européenne, le Sénégal et la Mauritanie ont plusieurs avantages.

Premièrement, ils ont la géographie de leur côté. Leur situation géographique devrait rendre la livraison de gaz naturel liquéfié (GNL) aux terminaux de regazéification des villes portuaires européennes plus facile et plus efficace que pour d’autres nations africaines plus éloignées, comme le Mozambique, qui devrait commencer à produire du GNL plus tard cette année.

D’autre part, ils ont la demande de leur côté, car l’Union européenne est désireuse de constituer une liste plus diversifiée de fournisseurs multiples, chacun étant capable de remplacer une partie de la grande quantité de GNL que la Russie livre seule. Le Sénégal et la Mauritanie sont prêts à commencer leur production alors que le souvenir de l’anxiété des Européens concernant l’approvisionnement en carburant est encore très frais, et ils seront donc en bonne position pour établir une relation commerciale solide. Cela crée un avantage évident pour le Sénégal et la Mauritanie, car une forte demande fait généralement monter les prix.

Troisièmement, ils ont le temps de leur côté. Les autorités de l’UE souhaitent que les importations de gaz russe de l’Union diminuent de deux tiers avant la fin de l’année, et le Sénégal et la Mauritanie devraient mettre en service leur premier projet gazier axé sur l’exportation, Greater Tortue/Ahmeyim (GTA), au troisième trimestre de 2023.

Mais cette combinaison d’avantages ne sera pas permanente. Certes, la géographie ne changera pas. Nous pouvons supposer que la distance entre Dakar et l’Europe restera la même au cours de notre vie. Mais la demande de gaz et le calendrier des nouveaux projets sur site vierge changeront. L’UE ne mènera pas toujours une recherche aussi critique de nouveaux fournisseurs de gaz qu’elle le fait actuellement, et les producteurs de gaz africains ne lanceront pas toujours de nouveaux gisements à des moments aussi propices.

Par conséquent, le Sénégal et la Mauritanie doivent avoir une vision d’ensemble. Comme nous l’indiquons dans notre rapport à paraître prochainement, intitulé « Petroleum Laws – Benchmarking Report for Senegal and Mauritania », ces pays devraient se poser des questions, non seulement sur la manière d’utiliser leurs ressources pour répondre aux besoins du moment, mais aussi sur la manière d’optimiser leurs ressources et de maximiser les retours sur le long terme.

Voici deux des grandes questions qui, selon moi, méritent d’être posées – et les réponses que la Chambre africaine de l’énergie (CAE) pourrait y apporter.

Les plans de développement gazier sont-ils principalement axés sur les exportations, ou prévoient-ils également le développement de marchés gaziers locaux et régionaux ?

Sans aucun doute, la Chambre estime que les projets gaziers africains doivent avoir autant de composantes africaines que possible. C’est pourquoi nous favorisons les partenariats entre les compagnies pétrolières internationales (CPI) et leurs homologues africains – des partenariats qui impliquent des programmes de formation et des transferts de compétences et de technologies. C’est pourquoi nous favorisons les politiques de contenu local qui sont conçues pour soutenir les entreprises de services dans les secteurs où les fournisseurs africains ont et peuvent obtenir des avantages.

C’est également la raison pour laquelle nous sommes favorables à l’établissement d’industries basées sur le gaz en Afrique. Nous pensons que les États producteurs de gaz devraient avoir le droit – et la possibilité – d’utiliser leurs propres ressources non seulement pour gagner des devises, mais aussi pour transformer leurs propres économies.

Ainsi, alors que le Sénégal et la Mauritanie travaillent avec les IOC pour faire progresser le développement et les exportations de gaz, ils devraient également élaborer des plans pour la gazéification domestique. Ils devraient envisager d’amener le gaz à terre, où il pourra être utilisé comme combustible pour les centrales électriques, comme source d’énergie pour les installations industrielles, et comme source de matières premières pour les usines pétrochimiques. Autant d’éléments susceptibles de créer des emplois, d’éliminer la pauvreté énergétique et d’élever le niveau de vie, changeant ainsi la vie des gens pour le mieux !

Heureusement, le Sénégal prend déjà des mesures dans ce sens. Le président Macky Sall a déjà dévoilé des plans visant à utiliser la majeure partie de sa part de production de gaz pour améliorer l’approvisionnement national en électricité. L’entreprise publique de gaz naturel, Sénégal Gas Network (SGN), dirigée par l’ancien directeur de Petrosen E&P, Joseph Medou, a déclaré qu’elle allait construire un gazoduc terrestre pour acheminer une partie de la production des gisements offshore vers cinq centrales thermiques terrestres qui brûlent actuellement du fioul résiduel sale. SGN semble avoir bon espoir de terminer ce pipeline en 2024, à peu près au même moment où les travaux sur quatre nouvelles centrales thermiques devraient être achevés. C’est également à peu près au même moment que le deuxième projet gazier offshore du Sénégal (Yaakar-Terenga, une fois encore dirigé par BP en partenariat avec Kosmos Energy) est censé entrer en production.

Jusque-là, tout va bien ! La Chambre africaine de l’énergie (AEC) est réellement encouragée par les progrès réalisés jusqu’à présent par le Sénégal sur ce front. Mais elle espère également que le pays explorera davantage les programmes de gazéification à l’avenir, étant donné que de tels programmes peuvent avoir un puissant effet multiplicateur sur l’économie locale.

En termes pratiques, si le Sénégal veut vraiment optimiser ses ressources en gaz sur le long terme, il devrait agir maintenant pour faire du gaz le pilier de sa propre économie, peut-être en regardant au-delà de la production d’électricité et en se tournant vers la pétrochimie ou un autre secteur manufacturier basé sur le gaz. Et il devrait s’assurer que BP et les autres IOC travaillant dans la zone offshore du pays fournissent le type d’aide approprié pour y parvenir.

Les plans de développement du gaz ont-ils la flexibilité nécessaire pour répondre aux futurs changements sur les marchés mondiaux de l’énergie ?

Une fois encore, l’AEC estime qu’il ne suffit pas de planifier en fonction des besoins du moment. Les tout nouveaux producteurs de gaz africains doivent également se projeter dans l’avenir et réfléchir à la manière d’optimiser leurs ressources dans les décennies à venir, lorsque les marchés mondiaux de l’énergie seront déterminés par des forces dépassant les facteurs actuels, comme la guerre de la Russie en Ukraine.

C’est pourquoi il était encourageant de voir que la Mauritanie a signé un protocole d’accord en décembre dernier avec New Fortress Energy (NFE) sur l’établissement d’un centre énergétique offshore capable d’utiliser le gaz naturel pour soutenir la production de GNL, d’électricité et de combustible d’ammoniac bleu. Le document n’est pas contraignant, il ne garantit donc pas que ce projet se concrétise. Mais il ouvre la voie à plusieurs actions importantes pour le pays.

Premièrement, il permet à la Mauritanie d’équiper son centre énergétique offshore de la technologie “Fast LNG” de NFE. Grâce à cette technologie, le pays sera en mesure d’installer des unités modulaires sur une plateforme de forage jack-up ou un autre type d’infrastructure marine héritée pour établir une usine de liquéfaction de gaz de taille moyenne – et il pourra le faire beaucoup plus rapidement et à moindre coût que s’il optait pour une solution plus conventionnelle, comme une usine GNL à terre ou même un navire FLNG comme celui que BP et Kosmos utiliseront à GTA. De plus, elle pourra, si elle le souhaite, augmenter sa production de GNL en installant des modules supplémentaires. Ainsi, la Mauritanie ne sera pas seulement un producteur et un exportateur de GNL comme les autres, mais aussi un producteur et un exportateur de GNL à faible coût, avec la flexibilité nécessaire pour réagir rapidement si la hausse de la demande justifie un investissement supplémentaire dans la capacité de production.

Deuxièmement, le protocole d’accord prévoit l’expansion de l’approvisionnement national en électricité de la Mauritanie. Il prévoit que le centre énergétique offshore livrera du gaz à Nouakchott Nord, une centrale électrique existante de 180 MW située dans la capitale Nouakchott, ainsi qu’à une nouvelle centrale à cycle combiné de 120 MW que l’opérateur national Somelec prévoit de construire. Grâce à cette nouvelle capacité de production, la Mauritanie sera en mesure d’offrir à ses citoyens une vie meilleure et aux entreprises créatrices d’emplois un environnement opérationnel plus attrayant. De plus, en privilégiant la production d’électricité à partir du gaz, elle pourra réduire la pollution. Actuellement, le principal combustible de la centrale de Nouakchott Nord est le fioul résiduel (RFO), qui brûle beaucoup moins proprement que le gaz.

Troisièmement, le projet est peut-être basé sur le gaz naturel, mais il est également tourné vers un combustible du futur – et par là, je veux dire l’ammoniac. Comme nous l’avons mentionné plus haut, le centre énergétique disposera d’une unité d’ammoniac bleu, dans laquelle le gaz naturel sera utilisé comme matière première pour la production d’ammoniac. Cette installation contribuera à établir un marché pour l’ammoniac, jetant ainsi les bases de la production future d’ammoniac vert, c’est-à-dire d’ammoniac fabriqué à partir d’hydrogène vert produit à partir d’énergie renouvelable.

La Mauritanie a tout à gagner de cette expansion de ses capacités en matière de ressources renouvelables, car elle dispose d’un énorme potentiel solaire et éolien, en plus de réserves de gaz substantielles. Les avantages ne seront peut-être pas immédiats, car il faudra plus de temps pour exploiter ce potentiel, mais ils pourraient être très importants, surtout si le pays atteint ses objectifs de porter la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique à 50 % d’ici à 2030 et de développer plusieurs projets à grande échelle dans le domaine de l’hydrogène vert et de l’ammoniac.

Le Sénégal et la Mauritanie sont tournés vers l’avenir

Dans l’ensemble, le Sénégal et la Mauritanie méritent des éloges pour leur approche du développement du gaz.

Non seulement ils sont en passe de devenir deux des premiers nouveaux producteurs de gaz en Afrique à rejoindre la liste des fournisseurs de gaz de l’UE, mais ils prennent également des mesures pour optimiser l’utilisation de leurs ressources.

Ils prévoient d’utiliser leur gaz pour produire de l’électricité pour le marché intérieur, et pas seulement pour gagner des dollars sur le marché d’exportation.

Ils profitent de la flexibilité inhérente aux nouvelles technologies offertes par des partenaires étrangers tels que l’ENF.

Et ils pensent à l’avenir – à ce qui se passera lorsque le monde passera du gaz aux énergies renouvelables. Et pour cela, l’AEC les félicite.

Share This Post

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp
Share on reddit

Subscribe To The Newsletter

More Posts

African Energy Chamber Releases Q1 2022 Oil and Gas Outlook

The African Energy Chamber (AEC), is proud to announce the release of the AEC Q1 2022 Outlook, “The State of African Energy” – a comprehensive report analyzing the trends shaping both the global and African oil and gas market in 2022

APPLY FOR THE INTERNSHIP PROGRAM