Il n’y a pas de meilleur moment : les dépenses d’investissement dans le secteur du pétrole et du gaz en Afrique reflètent la demande et créent des opportunités

Dans un contexte de chaos économique mondial persistant, toute information qui suggère la stabilité est bien accueillie. C'est pourquoi les détails sur les dépenses d'investissement dans le secteur du pétrole et du gaz en Afrique contenus dans le prochain rapport Q2 2022 Oil and Gas Outlook Q2 de la Chambre africaine de l'énergie sont des nouvelles si bienvenues.

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l’énergie

Dans un contexte de chaos économique mondial persistant, toute information qui suggère la stabilité est bien accueillie. C’est pourquoi les détails sur les dépenses d’investissement dans le secteur du pétrole et du gaz en Afrique contenus dans le prochain rapport Q2 2022 Oil and Gas Outlook Q2 de la Chambre africaine de l’énergie sont des nouvelles si bienvenues.

À court terme, le rapport indique que les CAPEX resteront stables. Si l’on considère que les dépenses dans l’ensemble du secteur ont suivi une tendance à la hausse depuis qu’elles ont atteint leur nadir en 2020 – passant d’un minimum de 22,5 milliards de dollars à une prévision de 30 milliards de dollars au premier trimestre de 2022 – le simple maintien du statu quo est un exploit.

Mais, comme le suggère le rapport, la perspective de résultats encore meilleurs est à venir. Et pas dans un avenir lointain, mais dans les prochaines années.

De 2023 à 2025, la croissance des CAPEX devrait connaître une forte reprise, pour atteindre finalement environ 52,7 milliards de dollars. Bien que le chiffre de l’année terminale soit légèrement inférieur aux prévisions précédentes, il est difficile de trouver des failles lorsque les dépenses augmentent de manière aussi significative en l’espace de trois ans.

Quant à l’origine de cette augmentation, la force prédominante est la demande mondiale de gaz naturel liquéfié (GNL). Le GNL remplace rapidement les sources d’énergie qui produisent davantage d’émissions de gaz à effet de serre (GES), et le fait que l’Union européenne ait reconnu le gaz naturel comme une “énergie propre” à des fins de durabilité et d’investissement n’est pas pour rien. Les experts estiment que la demande mondiale de GNL atteindra 700 millions de tonnes métriques par an (mpta) d’ici 2040, soit près du double du chiffre de 2022 et une augmentation de 90 % par rapport à 2020.

Le fait que l’augmentation spectaculaire de la demande coïncide avec de vastes découvertes de gaz au large de l’Afrique est le signe d’une opportunité sans précédent. Le timing, comme on dit, est parfait.

Les dépenses subsahariennes stimulent les CAPEX en Afrique

Il n’est donc pas surprenant que les dépenses en installations nouvelles soient en hausse et qu’elles dépassent les estimations faites il y a quelques mois à peine. Selon le rapport du deuxième trimestre, la majorité des projets approuvés se situent dans la région subsaharienne, où le Mozambique et l’Ouganda sont en tête en termes d’investissement. (Bien entendu, aucun de ces deux pays n’a connu de stagnation jusqu’à présent. Par exemple, le Mozambique est en train d’achever le premier projet de GNL en eaux profondes en Afrique, l’installation de gaz naturel liquéfié flottant (GNFL) Coral South dans le bassin de Rovuma).

En outre, plusieurs autres pays, dont le Congo, le Sénégal et la Mauritanie, ont également intensifié leurs investissements dans des installations nouvelles, se préparant ainsi à jouer les premiers rôles sur le marché du GNL. Deux projets importants ont déjà été lancés en 2022-2023 : « Greater Tortue Ahmeyim FLNG Phase 1 », à la frontière maritime du Sénégal et de la Mauritanie, et l’installation de GNL rapide à grande échelle Marine XII du Congo. 

Si la croissance actuelle du marché est exceptionnellement opportune pour les nouveaux producteurs, nous ne pouvons pas négliger les pays qui participent depuis des décennies au commerce mondial du gaz naturel et du GNL, notamment l’Égypte, l’Algérie et le Nigeria, membres de l’OPEP. Ils figurent en tête de la liste des 10 plus grands producteurs africains, un groupe qui, au cours des prochaines années, exportera 50 % de ses flux de gaz à l’échelle internationale sous forme de GNL. Ensemble, l’Égypte, l’Algérie et le Nigeria devraient représenter 80 % de la production africaine de gaz entre 2022 et 2025. (La Libye, qui figure également parmi les 10 premiers producteurs de gaz, n’exportera pas de GNL). 

Il est également important de noter que l’Europe a lorgné sur les approvisionnements de l’Afrique pour remplacer le gaz russe à la suite de la guerre de ce pays contre l’Ukraine. Pour faciliter le transport, des plans sont en cours pour un projet de gazoduc Nigeria-Maroc qui fournira du gaz nigérian à 15 pays d’Afrique de l’Ouest – répondant ainsi à une demande intérieure indispensable – puis atteindra l’Espagne en passant par le Maroc. Le projet en est encore au stade de l’ingénierie initiale. En outre, le projet de gazoduc transsaharien, d’un coût de 13 milliards de dollars, qui est au point mort depuis des décennies et qui vise à acheminer le gaz africain vers l’Europe, semble reprendre du poil de la bête. Lors d’une réunion de deux jours en juin, l’Algérie, le Niger et le Nigeria ont mis en place un groupe de travail pour le projet et créé une entité chargée de mettre à jour l’étude de faisabilité du gazoduc. Une fois terminé, le gazoduc de 4 128 km commencera au Nigeria et se terminera en Algérie, où il se raccordera aux gazoducs existants qui vont vers l’Europe.

Environnements propices

Il ne fait aucun doute que le monde a besoin d’investir davantage dans des solutions à faible émission de carbone pour atteindre ses objectifs de réduction nette des émissions. Les énergies renouvelables pourraient éventuellement fournir une grande partie de la solution, mais nous n’en sommes pas encore là. En l’absence d’une industrie mature capable de remplacer totalement les combustibles fossiles, le gaz naturel et le GNL – et plus particulièrement le gaz naturel et le GNL africains – sont de plus en plus considérés comme une passerelle vers une transition énergétique accélérée.

Pourtant, pour jouer un rôle majeur dans le remaniement des sources d’approvisionnement en gaz, l’Afrique a également besoin de plus d’investissements. Il faut participer à des projets en amont pour exploiter les nouvelles découvertes tout en réduisant les réserves de gaz et les lacunes des infrastructures tout au long de la chaîne de valeur. Le moment est venu pour les compagnies pétrolières internationales (CPI) de s’intéresser à cette nouvelle opportunité concurrentielle. Et ce, même face aux activistes climatiques qui cherchent à saper les investissements dans le pétrole et le gaz africains.

Pour améliorer les enjeux, les nations africaines s’efforcent de créer des environnements favorables aux CIO en s’inspirant des meilleures pratiques des autres pays producteurs. Il suffit de regarder le Sénégal, qui a réformé son cadre réglementaire et facilite l’investissement international dans ses récentes découvertes de gaz naturel, pour trouver un excellent exemple.

Le gouvernement a créé le Comité d’orientation stratégique (COS PETROGAZ) pour réglementer les activités du secteur et garantir à la fois la transparence et la bonne gouvernance. Cette entité opère directement sous les auspices du président sénégalais, Macky Sall. Le Sénégal a également développé une structure de formation appelée Institut National du Pétrole et du Gaz (INPG), ou Institut National du Pétrole. L’objectif de l’INPG est de recruter et de préparer des milliers de travailleurs locaux, qu’il s’agisse d’ingénieurs, de géologues ou de techniciens, à jouer un rôle significatif dans l’industrie. Non seulement cette initiative devrait permettre de réduire la dépendance à l’égard d’un personnel étranger coûteux, mais le Sénégal espère également qu’elle donnera naissance à des entreprises locales susceptibles de prendre la tête de la transition énergétique du pays.

En outre, le pays a donné la priorité à la distribution équitable des revenus de son secteur énergétique. Le programme sénégalais permet aux compagnies pétrolières internationales de tirer profit de leur participation, tandis que le gouvernement réserve une partie équitable des recettes à son propre usage, notamment pour répondre aux besoins actuels en matière d’éducation et de santé et pour investir un pourcentage pour les générations futures.

Ces initiatives ont déjà suscité un intérêt supplémentaire de la part des CIO et stimulé les investissements directs étrangers (IDE). En effet, entre 2019 et 2020 – année du début des travaux sur les champs pétroliers et gaziers offshore – les IDE ont augmenté de 39 % pour atteindre 1,5 milliard de dollars.

Des lendemains qui chantent

La réalité est que, bien que nous soyons dans une période stratégique où nous pouvons tirer parti de nos ressources pour l’exportation, nous continuerons à avoir besoin de quantités croissantes de gaz naturel et de GNL pour nous-mêmes.  Malgré les efforts déployés pour améliorer l’accès des Africains à l’électricité, par exemple, le nombre de nos concitoyens qui en sont privés augmente, et non pas diminue, et la demande énergétique continentale ne fait qu’augmenter. On estime, en effet, que d’ici 2040, l’Afrique aura besoin de 30 % d’énergie en plus qu’aujourd’hui.

Nous avons la chance que l’Afrique ait été dotée de vastes ressources en gaz. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), le continent détient plus de 5 000 milliards de m3 de réserves de gaz naturel dont l’exploitation n’a pas encore été approuvée. Selon l’AIE, ces ressources pourraient fournir 90 milliards de m3 de gaz supplémentaires par an d’ici à 2030. Cela représente beaucoup d’énergie pour l’électricité, les engrais et l’industrie manufacturière, y compris pour la consommation intérieure, qui représente actuellement les deux tiers de la production du continent. Grâce à cela, nous pouvons abolir la pauvreté énergétique et multiplier les possibilités pour les femmes et les jeunes.

Mais cela nécessitera aussi des investissements dans les gazoducs et les installations de traitement et de production d’électricité à partir du gaz. Heureusement, les dépenses d’investissement réalisées aujourd’hui dans le secteur pétrolier et gazier africain peuvent générer des flux de revenus qui fourniront les fonds nécessaires à la construction de ces pipelines, de ces installations de traitement et de ces centrales électriques. En fait, ils préparent le terrain pour un avenir plus radieux, dans tous les sens du terme.

Share This Post

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp
Share on reddit

Subscribe To The Newsletter

More Posts

African Energy Chamber Releases Q1 2022 Oil and Gas Outlook

The African Energy Chamber (AEC), is proud to announce the release of the AEC Q1 2022 Outlook, “The State of African Energy” – a comprehensive report analyzing the trends shaping both the global and African oil and gas market in 2022

APPLY FOR THE INTERNSHIP PROGRAM