Les contrats de vente à long terme pourraient être la clé du succès du gaz naturel au Sénégal et en Mauritanie

En 2020, les riches ressources en gaz naturel au large de la Mauritanie et du Sénégal ont fait l'objet du plus gros contrat à long terme de gaz naturel liquéfié (GNL) signé cette année-là.

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l’énergie

En 2020, les riches ressources en gaz naturel au large de la Mauritanie et du Sénégal ont fait l’objet du plus gros contrat à long terme de gaz naturel liquéfié (GNL) signé cette année-là.

L’accord entre la société pétrolière américaine Kosmos Energy, ses partenaires et BP Gas Marketing Limited portait sur le GNL de la phase 1 du projet Greater Tortue Ahmeyim, au large de la Mauritanie et du Sénégal. L’accord prévoit que Kosmos fournira 2,45 millions de tonnes par an (mtpa) de GNL pour une durée initiale de 20 ans maximum. 

Cet accord est une étape importante pour les entreprises, ainsi que pour le Sénégal et la Mauritanie.

Mais franchement, avec le lancement de nombreux projets de gaz naturel dans les deux pays, nous devrions entendre parler d’encore plus de contrats de vente de gaz à long terme.

Actuellement, Kosmos Energy et ses partenaires (BP, Petrosen, la compagnie pétrolière publique sénégalaise, et la Société mauritanienne des hydrocarbures) n’ont réussi à obtenir des contrats de vente que pour les volumes de la phase 1 du projet Greater Tortue Ahmeyim. Et ce, malgré le fait que le projet est estimé à 15 trillions de pieds cubes de potentiel de production de gaz, soit suffisamment pour 30 ans de production ou plus.

Dans le cadre d’un autre partenariat prometteur entre BP et Kosmos Energy, le champ gazier en eaux très profondes de Yakaar-Teranga, au large du Sénégal, dont les réserves de gaz naturel sont estimées à 2 739 milliards de pieds cubes, seule une fraction des volumes de la phase 1 a fait l’objet de contrats.

Et c’est plus que ce que l’on peut dire du projet BirAllah de BP en Mauritanie, qui devrait produire 1 642 barils par jour de pétrole brut et de condensat, 277 millions de pieds cubes (Mccfd) par jour de gaz naturel et 1 304 Mccfd de gaz naturel liquide d’ici 2030. Pour l’instant, la production de BirAllah n’a pas encore fait l’objet d’un contrat.

Je ne saurais trop insister sur l’importance de conclure des contrats de vente à long terme pour contribuer à la réussite des projets gaziers. Lorsque les entreprises s’assurent d’acheter du GNL pendant des décennies, par exemple, elles ont beaucoup plus de chances d’obtenir le soutien des investisseurs dont elles auront besoin pour produire le gaz naturel qu’elles finiront par liquéfier. Pourquoi ? Les contrats à long terme minimisent les risques pour les investisseurs ; ils savent que les recettes provenant des ventes de GNL contribueront à couvrir leurs coûts d’investissement.

Le lancement de projets de gaz naturel devrait faire exploser les niveaux de production au Sénégal et en Mauritanie, qui passeront de pratiquement rien à 265 000 barils équivalent pétrole par jour (boepd) d’ici à la fin des années 2020. Cette dynamique devrait s’amplifier, la production doublant presque pour atteindre plus de 500 000 boepd d’ici à 2035, triplant pour atteindre 750 000 boepd d’ici à 2040, et continuant à augmenter jusque dans les années 2040.

Ces perspectives sont très prometteuses, tant pour les compagnies pétrolières et gazières de la région que pour les populations du Sénégal et de la Mauritanie. Le gaz généré par ces projets peut créer des emplois et des opportunités entrepreneuriales considérables. Il peut répondre aux besoins nationaux des programmes de conversion du gaz en électricité conçus pour lutter contre la pauvreté énergétique. Il peut être monétisé et, à son tour, contribuer à financer des infrastructures indispensables, des pipelines aux ports, avec le potentiel de favoriser la croissance et la diversification économiques. Enfin, il peut servir de matière première pour les usines pétrochimiques et d’engrais, ce qui contribuera à l’industrialisation et à une croissance économique encore plus forte.

Ce sont toutes les raisons pour lesquelles la Chambre africaine de l’énergie, dans son prochain rapport intitulé Petroleum Laws – Benchmarking Report for Senegal and Mauritania, exhorte les entreprises de la région à faire de l’obtention de contrats de vente de gaz à long terme une priorité. En favorisant la stabilité des revenus des projets gaziers et la sécurité des investisseurs, les accords à long terme aideront le Sénégal et la Mauritanie à tirer pleinement parti de leurs ressources en gaz naturel.

Le moment est venu

Alors que l’accord de vente à long terme de Kosmos Energy avec BP Gas Marketing Limited pourrait être qualifié de rare en 2020, lorsque COVID-19 a pratiquement tué la demande de pétrole et de gaz et a forcé les entreprises du monde entier à mettre leurs projets en attente, il y a toutes les raisons d’être optimiste quant à l’obtention de contrats de vente de gaz à long terme en 2022. Cela est particulièrement vrai sur les marchés européens, qui ont récemment opéré un changement radical en abandonnant les transactions spot (ventes immédiates ou à court terme sans garantie de transactions supplémentaires à l’avenir) pour le GNL.

Cette transition a commencé au cours de l’année dernière, lorsque les Européens ont commencé à ressentir les effets de la diminution des approvisionnements en gaz naturel, a écrit Irina Slav pour Oilprice.com.

« Le déclin des investissements dans la nouvelle production de gaz, les longs délais de mise en service des installations de liquéfaction et la pression croissante sur la réduction des émissions se sont conjugués pour aboutir à un resserrement de l’offre de gaz alors que la demande continuait de croître au niveau mondial », explique Mme Slav. « L’Europe, l’enfant-vedette de la transition énergétique, a été horrifiée d’apprendre qu’elle ne disposait pas d’une capacité de production éolienne et solaire suffisante pour remplacer la consommation de gaz – en particulier lorsque la vitesse des vents est faible et pendant les saisons moins ensoleillées. »

Ces circonstances ont fait grimper en flèche la demande d’approvisionnement en gaz à long terme. Et puis la Russie a envahi l’Ukraine.

« L’invasion de l’Ukraine par la Russie a eu un impact considérable sur les contrats de GNL à long terme », a déclaré en juin Daniel Toleman, principal analyste de Wood Mackenzie. « De nombreux acheteurs traditionnels de GNL ne se procureront pas de gaz spot ou de GNL, ni ne renouvelleront ou ne signeront de contrats de GNL supplémentaires avec les vendeurs russes. Les prix spot ont également été élevés et volatils, poussant de nombreux acheteurs vers des contrats à long terme. En outre, certains acheteurs reviennent à des contrats à long terme au nom des gouvernements pour protéger la sécurité énergétique nationale. »

Tous ces facteurs convergent pour créer une fenêtre d’opportunité pour l’obtention de contrats de gaz et de GNL à long terme, et les entreprises au Sénégal et en Mauritanie devraient en profiter.

Les entreprises sénégalaises et mauritaniennes devraient en profiter. Les responsables gouvernementaux de ces pays font leur part du travail : Le Sénégal et la Mauritanie se sont efforcés d’offrir aux compagnies pétrolières et gazières internationales des conditions économiques favorables pour opérer à l’intérieur de leurs frontières, ce qui signifie que les compagnies peuvent poursuivre des projets avec des dépenses d’investissement plus faibles.

Mon message aux compagnies pétrolières et gazières opérant au Sénégal et en Mauritanie est donc le suivant : agissez maintenant pour conclure des accords de vente à long terme pour le gaz et le GNL. Les Européens pourraient joindre le geste à la parole en signant des accords à long terme. Notre industrie doit agir maintenant pour se mettre dans une position optimale pour attirer les investissements. Faites ce qu’il faut pour parvenir à un accord gagnant-gagnant qui pourrait être bénéfique pour vous tout en ouvrant la voie à un avenir plus prospère pour les communautés locales, les entreprises et les particuliers.

Share This Post

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp
Share on reddit

Subscribe To The Newsletter

More Posts

African Energy Chamber Releases Q1 2022 Oil and Gas Outlook

The African Energy Chamber (AEC), is proud to announce the release of the AEC Q1 2022 Outlook, “The State of African Energy” – a comprehensive report analyzing the trends shaping both the global and African oil and gas market in 2022

APPLY FOR THE INTERNSHIP PROGRAM