Le Sénégal et la Mauritanie doivent capitaliser sur leurs vastes ressources en gaz naturel le plus rapidement possible

Le Sénégal et la Mauritanie pourraient être décrits comme des étoiles montantes de l'industrie énergétique.

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l’énergie

Le Sénégal et la Mauritanie pourraient être décrits comme des étoiles montantes de l’industrie énergétique.

Après les découvertes offshores importantes qui se sont succédé dans la région entre 2014 et 2017, il est devenu évident que la région dispose de réserves massives de gaz naturel : pas moins de 1,13 trillion de mètres cubes (tcm) de réserves prouvées au Sénégal et 28,3 milliards de mètres cubes (bcm) en Mauritanie.

Il fut un temps, dans un passé pas si lointain, où les chances du Sénégal et de la Mauritanie de tirer pleinement parti de leurs riches ressources n’étaient pas tout à fait certaines. Les pays occidentaux et les organisations de défense de l’environnement se sont émus des grandes découvertes de pétrole et de gaz en Afrique. L’argument général était que les pays africains feraient mieux de laisser leurs ressources pétrolières dans le sol afin qu’elles ne contribuent pas aux émissions de gaz à effet de serre et au réchauffement de la planète. Les compagnies pétrolières internationales (CPI) et les investisseurs étaient de plus en plus réticents à soutenir les projets pétroliers africains.

Mais aujourd’hui, les événements mondiaux ont changé beaucoup de choses. Au cours des derniers mois de 2021, la demande mondiale de gaz a commencé à dépasser l’offre, ce qui a fait grimper les prix du gaz naturel à des niveaux records en Asie, en Europe et aux États-Unis. La situation est devenue encore plus urgente pour l’Europe au cours des derniers mois : La Russie a répondu aux plans de l’Europe visant à utiliser progressivement moins de gaz russe par des réductions immédiates des livraisons de gaz.

En conséquence, les pays occidentaux qui faisaient autrefois pression sur les pays africains pour qu’ils abandonnent leurs ressources pétrolières investissent désormais dans des projets pétroliers et gaziers africains. Ils s’intéressent à la construction d’infrastructures africaines. Ils cherchent à faire tout ce qu’ils peuvent pour aider à répondre à leurs besoins urgents en gaz.

Je ne décrirais pas le marché du gaz sous-approvisionné ou la souffrance en Ukraine comme des opportunités, mais ces situations ont créé une nouvelle réalité pour les pays africains disposant de réserves de pétrole et de gaz.

Le conseil que je donne au Sénégal et à la Mauritanie, ainsi qu’aux entreprises qui y ont découvert du pétrole, est de faire preuve de dynamisme pour respecter le calendrier de leurs projets. Des projets de gaz naturel et de gaz naturel liquéfié (GNL) sont déjà à différents stades de développement au Sénégal et en Mauritanie, mais il est impératif que les parties prenantes fassent tout leur possible pour faire avancer leurs projets. Ils doivent éviter les retards car il est impossible de savoir combien de temps les pays européens seront disposés à investir dans ces projets et à les encourager. La réalité est que, si le Sénégal et la Mauritanie ont maintenant une meilleure chance de capitaliser sur leur gaz pour leurs besoins domestiques, de monétiser le gaz, et de développer et diversifier leurs économies grâce au gaz, leur fenêtre pour accomplir ces choses à une date d’expiration invisible.

La Chambre africaine de l’énergie aborde cette question dans son rapport d’évaluation comparative des lois pétrolières au Sénégal et en Mauritanie, qui sera bientôt publié. L’une des principales recommandations du rapport aux chefs de gouvernement et aux compagnies pétrolières internationales (CPI) au Sénégal et en Mauritanie est de faire une priorité d’éviter les retards sur les calendriers des projets.

Nous avons déjà constaté des ralentissements

Comme le note notre rapport, les projets dans la région ont déjà connu quelques ralentissements.

Prenons l’exemple de Greater Tortue Ahmeyim (GTA), le projet de GNL offshore à la frontière maritime du Sénégal et de la Mauritanie, développé par BP, Kosmos Energy, la compagnie pétrolière nationale sénégalaise Petrosen et la Société mauritanienne des hydrocarbures (SMHPM). La mise en service du projet de gaz naturel liquéfié flottant (FLNG), qui constitue la phase 1 du développement, était initialement prévue pour 2022. Désormais, les partenaires du projet prévoient d’achever la phase 1 en 2023. Le retard initial a été causé par la pandémie de COVID-19, mais le projet a également connu un certain “glissement de calendrier” dû à l’inflation des coûts, ce qui a fait passer l’achèvement de la phase 1 du premier trimestre de 2023 au troisième trimestre.

Le projet GTA, ainsi que les autres projets de la région, du projet de production d’électricité et de GNL de Yakaar-Teranga au projet gazier BirAllah de BP au large de la Mauritanie, doivent rester sur les rails à l’avenir.

Comme l’indique notre rapport, “tout retard dans ces projets, dont le démarrage est déjà prévu pour la fin des années 2020 ou le milieu des années 2030 (à l’exception de la phase 1 du projet GTA FLNG), peut empêcher d’utiliser pleinement le marché du GNL, qui est sous-approvisionné, dans les années à venir.”

Il est également important de reconnaître que si les pays européens font tout leur possible pour importer du gaz naturel d’Afrique, ils travaillent tout aussi furieusement pour obtenir du gaz d’autres régions du monde, notamment des États-Unis, de la Guyane, du Qatar et de l’Azerbaïdjan.

Comme l’a écrit Stanley Reed pour le New York Times, « Alors que la Russie resserre son étau sur les approvisionnements en gaz naturel, l’Europe cherche partout de l’énergie pour faire tourner son économie. Les centrales électriques au charbon sont relancées. Des milliards de dollars sont dépensés pour des terminaux destinés à acheminer du gaz naturel liquéfié, provenant en grande partie des gisements de schiste du Texas… Dans toute l’Europe, on craint qu’une coupure du gaz russe n’oblige les gouvernements à rationner le carburant et les entreprises à fermer des usines, ce qui pourrait mettre des milliers d’emplois en danger. »

Nous devrions également nous rappeler que l’Europe considère que les sources d’énergie verte font également partie de sa solution énergétique. Là encore, les dirigeants européens se tournent vers l’Afrique pour répondre à certains de ces besoins, l’hydrogène vert (produit sans combustibles fossiles) en particulier, ce qui constitue une opportunité précieuse. Mais cela ne signifie pas que nous ne devons pas reconnaître l’urgence d’aider l’Europe à satisfaire ses besoins en gaz naturel tant que nous le pouvons. Passer à côté de tout ce que le gaz peut faire pour le Sénégal et la Mauritanie – de ce qu’il peut faire pour aider à éradiquer la pauvreté énergétique, à développer les entreprises et à créer des emplois – serait une perte déchirante.

Nous pouvons le faire

Je comprends que certains retards dans les projets gaziers, comme ceux causés par la pandémie, échappent à tout contrôle. Mais il existe des mesures que les gouvernements et les entreprises peuvent prendre pour que les projets continuent d’avancer.

Comme je l’ai dit clairement à plusieurs reprises, les gouvernements du Sénégal et de la Mauritanie doivent être félicités pour tout ce qu’ils ont fait pour créer un environnement favorable aux affaires dans leur pays. Leurs politiques fiscales ont été créées spécifiquement pour attirer les IOC, et c’était exactement la bonne chose à faire. Cela dit, j’encourage les ministères du pétrole et du gaz à continuer à rechercher et à éliminer les lourdeurs administratives et les inefficacités susceptibles d’entraver la progression des projets gaziers.

Je suis encouragé par les propos de Moustapha Bechir, le directeur général des hydrocarbures au ministère du pétrole, de l’énergie et des mines de Mauritanie, qui a déclaré que le ministère travaille à l’optimisation de la phase 2 du projet GTA FLNG.

« Nous sommes en train de remodeler la phase 2 pour qu’elle corresponde mieux au concept et pour l’accélérer et maximiser l’économie du projet », a déclaré Bechir en 2021.

Quant aux entreprises qui ont exploré au Sénégal et en Mauritanie, celles qui vont de l’avant avec des projets de gaz et de GNL, elles ont également fait de grands progrès. Je voudrais simplement les encourager à être proactives et à reconnaître les situations qui pourraient interférer avec le calendrier des projets afin de les traiter le plus efficacement possible.

J’ai dit à mes employés et aux autres parties prenantes africaines du secteur de l’énergie que nous avons encore du travail à faire – il y a encore tellement de bonnes choses que nous pouvons accomplir. Il en va de même pour les gouvernements et les entreprises du Sénégal et de la Mauritanie. Le gaz naturel de la région a vraiment le pouvoir de profiter aux gens ordinaires. Il peut permettre à des millions de personnes, dont beaucoup pour la première fois, de vivre avec une électricité fiable. Il peut créer des opportunités commerciales et permettre aux individus de bien gagner leur vie. Enfin, il peut ouvrir la voie, grâce à l’industrialisation et à la diversification économique, à un modèle de croissance et de stabilité à long terme.

Nous devons simplement avancer rapidement et de manière décisive pour que ces choses se produisent.

Share This Post

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp
Share on reddit

Subscribe To The Newsletter

More Posts

African Energy Chamber Releases Q1 2022 Oil and Gas Outlook

The African Energy Chamber (AEC), is proud to announce the release of the AEC Q1 2022 Outlook, “The State of African Energy” – a comprehensive report analyzing the trends shaping both the global and African oil and gas market in 2022

APPLY FOR THE INTERNSHIP PROGRAM