L’Afrique a besoin de gaz naturel pour respecter les engagements de la COP27

La 27e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, ou Conférence des Parties de la CCNUCC (COP27), qui s'est tenue à Sharm El Sheikh, en Égypte, en novembre 2022, a été marquée par un léger changement philosophique par rapport à l'état d'esprit qui prévalait l'année précédente.

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie

La 27e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, ou Conférence des Parties de la CCNUCC (COP27), qui s’est tenue à Sharm El Sheikh, en Égypte, en novembre 2022, a été marquée par un léger changement philosophique par rapport à l’état d’esprit qui prévalait l’année précédente.

Lors de la COP26, l’Afrique a été contrainte d’accepter que ses ressources en combustibles fossiles restent sous terre. Au cours de la conférence, les représentants des nations les plus riches se sont efforcés de présenter notre continent comme le bénéficiaire d’impacts indus du changement climatique, méritant une compensation financière et l’incitation à accélérer leurs propres programmes écologiques.

Cette année, l’incapacité à tenir ces engagements de compensation, associée à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, à l’effet consécutif sur les prix mondiaux de l’énergie et à une voix d’opposition plus unifiée de la part des dirigeants africains, a réussi à orienter les discussions dans une autre direction.

Si certains des messages partagés lors de la COP27 concernant l’Afrique sont restés sensiblement les mêmes que l’année précédente – à savoir que l’accent doit rester mis sur l’abandon de la dépendance au charbon et des subventions inefficaces aux combustibles fossiles -, les propositions soutenant ces sentiments ont montré un changement notable. La conférence a reconnu plus facilement les avantages économiques de l’exploitation du gaz naturel africain et le rôle qu’il pourrait jouer pour faciliter la transition énergétique de l’Afrique vers les énergies renouvelables.

Des engagements que nous pouvons tenir

Il est également encourageant de voir les décideurs politiques africains prendre l’initiative de s’engager dans des actions climatiques qui sont à la fois réalisables et susceptibles d’améliorer la vie de millions d’Africains. Comme l’indique notre rapport prospectif à paraître prochainement, « The State of African Energy Q1 2023 Report » (Rapport sur l’état de l’énergie en Afrique T1 2023), deux des développements les plus importants de la COP27 ont été le lancement de l’Initiative pour les marchés du carbone en Afrique (ACMI) et de l’Initiative pour une transition énergétique juste et abordable en Afrique (AJAETI).

Avec le soutien de l’Alliance mondiale de l’énergie pour les peuples et la planète, de l’Énergie durable pour tous, de la Fondation Rockefeller et de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, l’ACMI vise à exploiter les marchés du carbone et à produire 300 millions de crédits carbone (l’équivalent de 300 millions de tonnes de réduction de CO2) par an d’ici à 2030 et 1,5 milliard de crédits par an d’ici à 2050. En plus de soutenir plus de 110 millions d’emplois dans le même laps de temps, les engagements pris dans le cadre de cette initiative pourraient générer plus de 120 milliards de dollars de recettes, ce qui contribuerait à élargir l’accès à l’énergie sur tout le continent tout en protégeant notre biodiversité.

AJAETI se concentre sur la transition, d’abord vers la cuisson propre, puis vers l’énergie verte à partir de la production d’électricité renouvelable. Conformément à l’objectif de développement durable 7.1 des Nations unies, AJAETI espère voir 300 millions d’Africains accéder à une énergie abordable et passer à des combustibles et des technologies de cuisson propres au cours des quatre prochaines années. En outre, l’initiative espère également voir une augmentation de 25 % de l’électricité provenant des énergies renouvelables d’ici 2027, l’objectif à long terme étant de développer un secteur électrique entièrement basé sur les énergies renouvelables d’ici 2063.

Bien que l’on puisse ne pas faire le lien au départ, les mesures soutenues par la Chambre africaine de l’énergie (AEC), notamment l’augmentation considérable de l’utilisation des ressources en gaz naturel de l’Afrique, soutiendraient et même accéléreraient les progrès vers l’objectif à long terme d’une transition vers l’abandon des combustibles fossiles. Comme l’indique notre rapport sur les perspectives pour le premier trimestre 2023, les émissions africaines en amont devraient atteindre 795 millions de tonnes d’équivalent CO2 d’ici à la fin de la décennie. Ces émissions placeraient l’Afrique en cinquième position derrière l’Amérique du Nord, le Moyen-Orient, l’Asie et la Russie et ne représenteraient que 9,5 % des émissions mondiales en amont. Cependant, la moitié de ces émissions liées à l’extraction résulterait du torchage du gaz – le fait de brûler le gaz naturel en tant que sous-produit de l’extraction du pétrole au lieu de le conserver et de le distribuer. Si rien n’est fait, le torchage du gaz en Afrique représentera près de 20 % des émissions mondiales liées au torchage. En capturant simplement des ressources actuellement gaspillées, l’Afrique peut contribuer à une réduction considérable des niveaux de CO2 dans l’atmosphère.

Réaliser notre potentiel

En chiffres absolus, les estimations actuelles des ressources africaines comprennent 74,365 milliards de barils (Bbbls) de liquides récupérables et 82,875 milliards de barils d’équivalent pétrole (Bboe) de ressources de gaz naturel récupérables. À l’heure actuelle, seule la moitié de ces ressources en liquides et un tiers des ressources en gaz naturel sont raccordées à des installations de production. Les taux de production de ces ressources exploitées étant en phase terminale de déclin, l’Afrique doit obtenir les investissements nécessaires pour accélérer le développement des infrastructures si nous voulons obtenir un résultat supérieur à une simple stabilisation.

Pour en revenir aux chiffres, les valeurs réalistes en dollars en jeu ici sont un investissement initial de 65 milliards d’USD dans des projets entièrement nouveaux au cours des deux prochaines années, suivi d’investissements supplémentaires totalisant 225 milliards d’USD d’ici à 2030. Pour atteindre pleinement les objectifs que nous avons fixés pour l’Afrique, la poursuite des investissements au cours de la décennie suivante porterait ce chiffre à 485 milliards d’USD. Cependant, les prévisions commerciales actuelles prévoient que les investissements entre 2031 et 2040 ne s’élèveront qu’à 55 milliards d’USD. Comme l’indique notre rapport sur les perspectives pour le premier trimestre 2023, cette disparité pourrait représenter “un coup de grâce potentiel pour les aspirations pétrolières et gazières de l’Afrique” et avoir un impact sévère sur l’avenir de nombreuses économies du continent qui dépendent des exportations de combustibles fossiles. Si l’on considère que l’Afrique compte encore sur le charbon pour 9 % de son mix électrique même au-delà de 2040, ce taux d’investissement réduit compromettrait également l’espoir d’élargir l’accès à l’électricité et d’inverser la pauvreté énergétique en Afrique en utilisant le gaz naturel comme combustible de transition.

Une voie claire vers l’avenir

Alors que les nations les plus développées se détournent des combustibles fossiles, l’industrie pétrolière et gazière internationale doit reconnaître le potentiel de l’Afrique en tant que futur fournisseur mondial d’énergie. Bien qu’il soit rassurant d’assister à ce qui pourrait être les premiers stades d’un changement radical dans la politique environnementale, comme le montre le sentiment qui se dégage de la COP27, l’AEC continuera à plaider avec passion pour le développement énergétique en Afrique. Bien que les puissances occidentales et même certains activistes climatiques aient finalement reconnu que le pétrole et le gaz continueront à jouer un rôle nécessaire à l’avenir, nous avons encore beaucoup de travail à faire. Pour que l’Afrique réalise son objectif d’offrir un accès universel à l’électricité et à la cuisson propre, le monde industrialisé doit également reconnaître que l’Afrique est la prochaine frontière énergétique.

Les ressources africaines offrent une voie à double sens vers un avenir plus vert et plus prospère. Grâce à des partenariats internationaux et au développement d’infrastructures, les investissements en Afrique permettront de répondre aux besoins en combustibles fossiles du reste du monde tout en comblant les siens, et l’injection de capitaux sur notre continent permettra de diversifier notre économie, de créer des millions d’emplois et, en retour, de financer notre propre transition vers un réseau énergétique basé sur les énergies renouvelables.

Share This Post

Subscribe To The Newsletter

More Posts

African Energy Chamber Releases Q1 2022 Oil and Gas Outlook

The African Energy Chamber (AEC), is proud to announce the release of the AEC Q1 2022 Outlook, “The State of African Energy” – a comprehensive report analyzing the trends shaping both the global and African oil and gas market in 2022

APPLY FOR THE INTERNSHIP PROGRAM