Search
Close this search box.

La tentative éhontée de la Semaine africaine du pétrole d’usurper le discours sur l’énergie en Afrique entrave les progrès du continent et nuit aux Africains

Alors que l'Afrique déploie des efforts concertés pour éradiquer la pauvreté énergétique et promouvoir la durabilité, l'initiative de changement de marque de la Semaine africaine du pétrole est considérée comme un revers pour le programme de développement énergétique du continent.

Alors que l’Afrique déploie des efforts concertés pour éradiquer la pauvreté énergétique et promouvoir la durabilité, l’initiative de changement de marque de la Semaine africaine du pétrole est considérée comme un revers pour le programme de développement énergétique du continent.

L’événement « AOW : Investing in African Energy » – anciennement connu sous le nom de Semaine africaine du pétrole – s’est engagé dans une campagne de rebranding pour se présenter comme un allié du développement énergétique de l’Afrique. Pourtant, ce nouveau nom ne reflète pas l’Afrique ou son peuple et constitue une gifle à la stratégie de développement des ressources du continent et à ses vastes besoins en énergie. Regardez l’équipe dirigeante du groupe Hyve. Pas de Noirs ni d’Africains. https://hyve.group/about/meet-our-leaders/ . L’équipe dirigeante doit changer de nom.

L’AOW prétend tenir compte des intérêts de l’Afrique, mais il a fondamentalement et continuellement contredit cette affirmation. La délocalisation de l’édition 2021 de sa conférence du Cap à Dubaï est l’un des nombreux exemples de son engagement en faveur des profits et de la politique au détriment du progrès, ce qui entrave la progression d’un discours sur l’énergie mené par l’Afrique sur le sol africain.

Ce stratagème visant à se faire passer pour des amis de l’énergie africaine, tout en rejetant le pétrole et le gaz comme piliers fondamentaux du développement énergétique de l’Afrique, constitue une campagne de déformation flagrante et manifeste, destinée à semer la confusion et à redéfinir le discours énergétique de l’Afrique en utilisant la voix de quelqu’un d’autre. Pour être clair, l’industrie pétrolière et gazière de l’Afrique n’est pas seulement importante, elle est impérative pour que le continent abolisse la pauvreté énergétique d’ici 2030 – un pilier central de la mission de la Chambre africaine de l’énergie ( AEC).

Cette croisade contre le pétrole et le gaz est d’autant plus dommageable que l’Afrique dispose de ressources en hydrocarbures parmi les plus importantes au monde et qu’elle entre dans une nouvelle ère de développement énergétique. Cette année, le Sénégal produira pour la première fois du pétrole et du gaz dans le cadre de ses projets de GNL Sangomar et Greater Tortue Ahmeyim, tandis que la République du Congo attend la première cargaison de son usine inaugurale de liquéfaction de gaz, Congo LNG. Après plus d’une décennie de développement, le Nigeria a inauguré le mois dernier sa raffinerie de pétrole Dangote – la plus grande d’Afrique – et a d’ambitieux projets de distribution en aval et de monétisation du gaz. La Namibie est en train d’évaluer ses six découvertes offshore dans le bassin d’Orange, tandis que le Gabon renforce ses conditions commerciales pour stimuler l’exploration en amont et donner un nouveau souffle aux actifs existants.

Le moment est venu de définir l’approche de l’Afrique en matière de justice climatique et de transition énergétique, comme l’a démontré le tout premier sommet africain sur le climat organisé en septembre dernier. L’écologisation du développement des hydrocarbures aux dépens de l’Afrique est non seulement incorrecte mais répréhensible, en particulier lorsqu’elle compromet la création d’emplois et d’opportunités pour la jeunesse africaine. Hyve Group/ Africa Oil Week AOW, une petite entité basée à Londres qui n’adhère pas à la politique sud-africaine d’émancipation économique des Noirs en matière de contenu local et qui n’a pas de dirigeants noirs à ses échelons supérieurs, n’a pas à dicter le récit d’une transition énergétique centrée sur l’Afrique. https://hyve.group/about/meet-our-leaders/ Si l’énergie verte est cruciale, l’agenda énergétique de l’Afrique ne doit pas s’effrayer devant le pétrole et le gaz.

À cet égard, l’AOW continue d’ignorer la gravité de la pauvreté énergétique en Afrique. Six cents millions de personnes sur le continent n’ont pas accès à l’électricité. Afin d’apporter une cuisine propre, des installations sanitaires et des soins de santé à plus d’un demi-milliard d’Africains sur le continent qui vivent dans l’obscurité totale la nuit, nous devons être autorisés à explorer et à forer pour nos ressources naturelles et à nous engager dans la transition énergétique d’une manière qui soit juste et pragmatique.

« AOW a montré à maintes reprises qu’elle n’était pas disposée à travailler avec l’industrie pétrolière et gazière africaine en revenant sur les promesses faites à la population et au continent dans son ensemble, en particulier avec sa décision d’aller à Dubaï, l’absence d’Africains dans sa direction et le fait que nous ne savons même pas si elle paie des impôts en Afrique ou si elle se conforme aux lois sur le BEE et le contenu local. Mark Shashoua a fait du bon travail avec l’entreprise, je l’exhorte aujourd’hui à utiliser ce même pouvoir et ce même génie pour transformer la culture et la direction du groupe Hyve et d’AOW afin de refléter sa clientèle en Afrique. » NJ Ayuk, président exécutif de l’AEC – la voix du secteur de l’énergie en Afrique. « Lorsqu’il s’agit de reconnaître le pétrole et le gaz comme un pilier essentiel du développement énergétique de l’Afrique, nous le devons à la jeunesse africaine. Nous le devons aux jeunes Nigérians qui cherchent des emplois d’ingénieurs en mécanique et en pétrole, et aux jeunes Ougandais qui attendent le premier pétrole de l’EACOP. Rejeter le pétrole et le gaz est une trahison de la confiance et de la loyauté – des valeurs africaines clés et des valeurs auxquelles la Chambre tient dans ses efforts pour lutter contre la pauvreté énergétique et préserver la souveraineté des ressources ». Conclusion d’Ayuk

L’AEC continuera à tenir sa promesse de faire de la pauvreté énergétique une histoire ancienne d’ici 2030 au cours de l’édition de cette année de la African Energy Week (AEW), qui reviendra au Cap et mènera la trajectoire énergétique du continent pour la quatrième année consécutive. La Semaine africaine de l’énergie promeut le rôle central de l’Afrique dans les questions énergétiques mondiales et donne la priorité au dialogue et à la prise de décision menés par les Africains. Plus important encore, l’AEW est la seule conférence sur le continent qui représente l’ensemble de la chaîne de valeur, du pétrole et du gaz au raffinage et à la pétrochimie, de l’énergie renouvelable à l’exploitation minière.

L’AOW a continué à entraver les objectifs énergétiques de l’Afrique et cette stratégie de rebranding est clairement un stratagème pour déformer les objectifs du continent. L’AOW continue de se faire passer pour un allié du développement et de la réussite de l’Afrique au lieu de se concentrer sur ce qui est vraiment important : l’éradication de la pauvreté énergétique. Ce stratagème envoie un message erroné et ne fait qu’entraver les progrès énergétiques du continent et nuire aux Africains.

Share This Post

Subscribe To The Newsletter

More Posts

African Energy Chamber Releases Q1 2022 Oil and Gas Outlook

The African Energy Chamber (AEC), is proud to announce the release of the AEC Q1 2022 Outlook, “The State of African Energy” – a comprehensive report analyzing the trends shaping both the global and African oil and gas market in 2022

APPLY FOR THE INTERNSHIP PROGRAM