La Chambre africaine de l’énergie organise une visite de travail à Pékin pour discuter de contrats énergétiques avec des investisseurs chinois

Johannesburg, 21 août 2019 : Afin de soutenir la coopération et les investissements croissants dans le domaine de l’énergie entre la Chine et l’Afrique, la Chambre africaine de l’énergie organise une visite de travail à Pékin la semaine prochaine.

Sous la conduite de son président exécutif Nj Ayuk, la délégation de la Chambre rencontrera les chefs de la direction et les présidents des sociétés énergétiques appartenant à l’État chinois et au secteur privé, ainsi que des associations industrielles clés en Chine. La visite a pour objectif d’introduire davantage les activités de la Chambre au marché chinois à à la suite d’une série de roadshows qu’elle a organisée en Chine ces deux dernières années. Cette visite répond aussi à une demande croissante d’informations sur les opportunités d’investissements en Afrique par les investisseurs chinois.

« L’appétit des entreprises chinoises pour investir en Afrique ne fait que s’intensifier compte tenu de la dynamique actuelle du commerce et des affaires internationales », a déclaré Mickaël Vogel, Directeur de la stratégie à la Chambre. « Nous recevons de plus en plus de demandes d’entreprises chinoises souhaitant rejoindre la Chambre, notamment pour avoir accès aux dernières opportunités d’investissement en Afrique et obtenir des informations crédibles et fiables sur les marchés énergétiques africains. Notre visite consolidera plusieurs relations que nous avons développées au cours des deux dernières années et mènera à une discussion sur de nombreux contrats énergétiques pour l’Afrique. »

L’année dernière, le président chinois Xi Jinping a promis 60 milliards de dollars supplémentaires pour le développement de l’Afrique au cours des trois prochaines années lors du Forum sur la coopération Chine-Afrique. Traditionnellement, une grande majorité des investissements chinois ont été réalisés dans l’énergie et les transports, en particulier le pétrole et le gaz, l’électricteé les mines, les chemins de fer et les infrastructures aéroportuaires.

Alors que les investissements chinois en Afrique augmentent, la Chambre aide plusieurs entreprises chinoises à naviguer sur les marchés énergétiques en forte croissance de l’Afrique. Cette décision fait partie du soutien de la Chambre à un nombre important et croissant d’investisseurs cherchant à faire des affaires en Afrique, principalement de Chine, de Russie, d’Inde, du Moyen-Orient et de Turquie.